Version Mobile & Tablettes en cours de réalisation.
Pour une expérience optimale nous vous invitons à naviguer sur gatobask.fr à l'aide d'un ordinateur.

Rêves blancs par Tristan Mausse.

Rêves blancs par Tristan Mausse.


Edit: http//vimeo.com/103516471

Agressé par la laideur de ce blanc, j'rentre en elle comme un sous fifre dévoué à sa cause. Tout est lacté, ça ressemble à de la neige pourris ou du lait caillé. J'embarque et je commence la première, il faut que je l'éclate en deux deux celle la car il y en a 6 autres derrière. "Putain de merde" j'me dit, il fait un froid de canard et mon haleine du matin me rappelle à l'ordre. J'pense alors que j'aurais pu m'brosser les chicots, mais je pense aussi au bouquin d'hier soir quand Fante raconte ses échecs vénérien avec cette trainée de Long Beach. Mais tout de suite après je pense à mes anciens voyages que je réécris dans ma caboche. La nostalgie à comme un gout de merde ce matin, surtout lorsqu'il pleut comme aujourd'hui. Et puis j'pense au fric, encore au fric, je calcul les traites et j'ajoute les dettes, jme dit alors que le fric c'est nul. Tient en v'la une de finie qu'jme dit. Mais y'en a déjà une autre qui rentre et qui me fait du zèle, avec son glasson. Playboy playboy, jt'en mettrais du playboy moi! Mes gants sont pourris pourrave et le blanc de la salle continu à me narguer. Rien à foutre que j'lui dit. J'enchaine, c'est pas le moment de baisser la garde, il faut pas que les muscles se refroidissent que je me dit. Alors ni une ni deux, j'attaque la deuxième. Merde alors j'entends ARTHUR BLYTHE dans mes oreillettes ce con va me donner des idées de voyages ou de merde dans de genre, je deviens de plus en plus blanc, et puis d'un coup, PAAAF!! C'est trop tard je suis partis dans des rêveries de futur voyage. C'est à causede ce con de BLYTHE, alto de merde! Et puis je pense à elle, à eux. Je pense à avant, à après, je me demande pourquoi et j'attends avec impatience le morceau de MARION BROWN. En v'la une autre de finie. Puis une autre, et une autre. J'en ai un peu marre, ça me tire sur les guiboles ces conneries, c'est long et c'est toujours pareil que je me dit. Mais la musique s’arrête et je réalise que c'est conclus pour aujourd'hui. Le blanc m'aveugle toujours autant, mais je m’aperçois qu'il est comme une page vierge sur laquelle on me laisse écrire mes rêves sur rythmes de free jazz. Aujourd'hui j'ai poncé 7 GATO HEROI. Mais j'ai pensé et j'ai beaucoup rêvé! Qui n'aimerais pas être rêveur professionnel?"

Tristan Mausse
. .